Delanoé, c'est l'hôpital!

Publié le par Antonin Prade

Betrand Delanoé, ci-devant maire de Paris, s'est récemment plaint de la qualité du travail des agents de police chargé de la circulation dans Paris et les a notamment rendus responsables des embouteillages dans la capitale.

Delanoé a notamment noté que les policiers laissaient les scooters et les motos circuler dans les couloirs de bus (peut-être est-ce pour ne pas attendre dans les pots d'échappement des voitures à l'arrêt?), que les cyclistes ne respectent pas la réglementation (mais d'où vient donc ce sentiment d'impunité des cyclistes à Paris?) et que les automobilistes empêchaient les piétons de traverser (prière de ne pas être bloqué dans les embouteillages sur un passage piéton).

Et le pire, avec la considération actuellement portée à la Police française par les bien-pensants de tous bords, c'est que ces accusations sur une tête de turc bien facile risquent bien de faire mouche auprès de parisiens qui en ont, il est vrai, avalé d'autres..

 

 

 

Publié dans Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jules 04/04/2007 09:37

Vous dites "prière de ne pas être bloqué dans les embouteillages sur un passage piéton". C'est un peu facile !!! L'automobiliste parisien, pauvre martyr de Delanoë, a toujours raison ? La réalité c'est que si les automobilistes, les motards, les cyclistes et les piétons commençaient par respecter les règles élémentaires de bon sens ET le code de la route, on n'en serait pas là ! Dans le cas présent, si les automobilistes ne s'engageaient pas sur le passage piéton avant que le carrefour qui suit soit libéré, cela éliminerait bien des soucis...

Antonio 14/11/2006 12:08

Il serait temps que Delanoe ne tire plus sur les ambulances et les laisse passer dans les couloirs de bus en site propre : on laisse passer les taxis mais pas les malades ! Son collègue lyonnais Gérard Collomb l'a adopté depuis longtemps...

Nicoreynaud 13/11/2006 20:01

A propos d'hôpital,
je vous suggère d'aller circuler un coup pour voir sur le boulevard éponyme,
puis si le coeur vous en dit vers le boulevars Saint Marcel qui le prolonge. Histoire de remettre les choses à leur place.