Rions un peu avec les gourous politiques

Publié le par Antonin Prade

Jacques Attali, déclare ce matin dans le Parisien à propos des 500 signatures de Le Pen : 

"Dans un cas, il n'est pas candidat et fera élire le candidat de la gauche. Dans l'autre, il est candidat et, de ce fait, il fera élire le candidat de gauche. Aujourd'hui, la gauche est élue, car la droite se suicide."

C'est intéressant ce qu'il dit, Jacques Attali, parce que c'était exactement le même cas de figure en avril 2002, avec le résultat que l'on sait. Tout ce qu'on sait aujourd'hui, c'est que les jeux sont très ouverts pour 2007.

En réalité, le procédé qui consiste à lancer dès aujourd'hui un pronostic catégorique est sans risque car il sera oublié si les urnes ne lui donnent pas raison et visionnaire dans le cas inverse. En revanche, c'est sûr qu'il permet de s'affranchir d'une vraie réflexion sur l'état de la France. Et l'on note que les politiciens partie prenante de l'alternance mécanique, décrite et combattue par l'UDF, ne font même plus semblant de la camoufler et l'attendent tranquillement, avec les postes qui vont avec.

PS : en ce qui concerne Le Pen, je trouve inadmissible qu'il soit invité par RMC comme "animateur". En ce qui me concerne, je boycotterait désormais cette onde.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article