Ségolène, infréquentable pour Hillary Clinton?

Publié le par Antonin Prade

Dans la presse française, on lit ça :

"Ségolène Royal a renoncé à se rendre aux États-Unis les 13 et 14 décembre, comme elle avait prévu de le faire. La candidate socialiste a expliqué mardi soir qu'elle était « invitée à un colloque à Boston du Parti démocrate américain, en présence de Bill Clinton ». Surtout, depuis déjà avant l'été, l'équipe de la candidate travaille pour organiser une rencontre avec (...) Hillary Rodham Clinton, sénatrice de New York et possible candidate démocrate à la présidence en 2008. L'occasion de jouer la « carte femme », comme elle l'avait fait au Chili avec la future présidente Michelle Bachelet. Mais Hillary ne sera pas à Boston la semaine prochaine. Royal a donc repoussé sa visite américaine à la fin janvier."

Mais dans la presse étrangère (Reuters), on lit plutôt ça :

L'une est française, l'autre est américaine. Toutes les 2 peuvent devenir les premières femmes présidentes de leur pays. Mais Ségolene Royal et Hillary Clinton vont-elles passer leurs batailles électorales respectives à se snober ? (...) La candidate socialiste, 53 ans, relative nouvelle venue en politique avec peu d'expérience en politique étrangère, avait peu fait secret de son souhait de rencontrer Hillary Clinton pour mettre en avant sa stature de chef d'Etat international. Mais après les gaffes du voyage au Moyen-Orient, la sénatrice démocrate était rien moins qu'enthousiaste à l'idée d'une rencontre publique avec la candidate française. "Hillary (...) ne veut pas être associée aux commentaires récents de Royal qui ne seraient pas bons pour son image, confie un de ses conseiller. Et Philippe Reines, un porte-parole d'Hillary, d'ajouter :  « Il n'y a jamais eu de réunion prévue ou à programmer. »

Et dans le Herald Tribune, on a le mot de la fin :  « Ségolène et Hillary deux femmes de gauche qui vont essayer de se faire élire. Mais la comparaison ne va pas plus loin . La relation Ségolène Hillary est un fantasme français. Car ce qui fait la force de Hillary Clinton ce sont ses idées politiques et non pas le fait qu'elle soit une femme. C'est la substance et la clarté des ses prises de position alors que le fondement de la popularité de Madame Royal c'est d'abord sa féminité et ensuite son apparence de modernité. Après ses mésaventures au Proche-Orient Madame Royal risque d'être accueillie par Madame Clinton avec un sourire crispé». Et bien même pas...

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Antonin 26/12/2006 11:18

Visiblement, ce ne sont pas des ragots, mais des faits, puisque des conseillers de Hillary Clinton sont interviewés...
L'anecdote est au contraire très révélatrice et éclairante sur la stratégie de communication de la candidate socialiste, ce qui peut aider les électeurs à choisir en connaissance de cause

yvesprade 24/12/2006 15:27

est ce nous allons vivre la campagne présidentielle sur la base de ragots médiatiques;il y a mieux à débattre?