Au bout d'une certaine logique

Publié le par Antonin Prade

Ca y est. L'ex-social-démocrate Dominique Strauss-Kahn a définitivement choisi sa voie : en proposant, dans son rapport sur la fiscalité commandé par la candidate Ségolène Royal de taxer les français vivant à l'étranger, il s'inscrit dans la logique imbécile et suicidaire du Parti Socialiste français de refus aveugle de la mondialisation, des échanges financiers, commerciaux et humains, de la compétitition qu'elle impose, mais aussi des opportunités et des richesses qu'elle génère.

Ses mots sont explicites : « Il n’est plus acceptable que des citoyens français parviennent à échapper à l’impôt en s’installant hors de France. Nous proposons de définir une contribution citoyenne qui sera payée en fonction de ses capacités contributives par tout Français établi à l’étranger et ne payant pas d’impôt en France ».

Outre que cette mesure paraît inapplicable en vertu du principe juridique de territorialité de l'impôt, elle bute sur des questions légitimes et des obstacles apparemment insurmontables : les français établis à l'étranger paieront-ils ainsi deux fois leurs impôts, dans leur pays d'origine et dans leur pays d'accueil ? DSK propose-t-il la mise en place d'un fisc global sous l'égide de l'ONU pour traquer les Français installés à l'étranger? cette mesure concerne-t-elle les binationaux (qui risquent d'être surpris par la mesure)? Si l'on rattache l'impôt à la nationalité et non au territoire, les étrangers vivant en France pourront-ils être exemptés de l'impôt français? ou au contraire, les socialistes français ne vont-ils pas finir, en allant au bout de leur logique, par demander aux étrangers ne résidant pas en France une contribution pour financer notre administration et notre sécurité sociale? Cela serait naturellement justice au vu de ce que la France apporte au reste du monde.

En résumé, ce pauvre DSK croyait avoir sorti de son chapeau une idée innovante ; il a juste sorti une énorme absurdité économique, juridique et politique. Connaissant la duplicité du bonhomme, on peut le soupçonner d'avoir balancé à dessein dans le programme royaliste ce ridicule paquet-surprise, qui paraîtrait presque cohérent dans le grand n'importe quoi de la campagne et des idées de Madame Catastrophe.

En revanche, cette sortie marque, pour le presque unique, et en tout cas le plus emblématique, représentant de la social-démocratie française, le choix du socialisme à la française, bouffi de bonne conscience, empreint de démagogie et seul à avoir raison contre le reste du monde et le bon sens, au détriment du réformisme progressiste que les autres socialistes européens ont choisi.

Tant pis pour le Parti Socialiste, qui a choisi de laisser passer son rôle historique, et qui ne devrait pas tarder à exploser entre des factions se battant pour savoir qui est le plus à gauche, le plus pur, le plus social.

Tant mieux pour l'UDF, qui portera très bientôt l'étendard du réformisme humaniste.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Frank Gervais 03/03/2007 21:53

Il est toujours surprenant, vu de l'étranger, de voir à quel point nos politiciens sont capables de proéférer des imbécilités sur les lois des autres pays...la Suisse ne taxe pas ses ressortissants résidants à l'étranger, à moins que ceux-ci n'aient des biens ou une activité économique sur le territoire hélvétique, dire le contraire relève soit de la plus grande ignorance, soit de la manipulation démagogique.Par contre je propose un nouvel impôt sur la connerie qui permettrait par la seule contribution de Monsieur DSK de combler définitivement le trou de la sécurité sociale.

Aurel 15/02/2007 11:14

Bonjour bonjour,
Merci pour le site qui s'enrichit, même si tout ne remporte pas mon adhésion complète :)
je ne comprends pas tres bien vos arguments. je me permets d'ajouter la citation exacte : "
Retrouver une citoyenneté fiscale
Il n’est plus acceptable que des citoyens français parviennent à échapper à
l’impôt en s’installant hors de France. Nous proposons de définir une
contribution citoyenne qui sera payée en fonction de ses capacités
contributives par tout Français établi à l’étranger et ne payant pas d’impôt en
France. C’est une voie analogue qu’ont notamment empruntée la Suisse et
les Etats-Unis."
Cette citation est extraite du document rédigé par DSK, disponible sur son site.
Je ne crois pas qu'il faille assimiler juridiquement impôt et contribution citoyenne, et la remarque sur la territorialité semble alors tomber. La contribution citoyenne, en effet, pourquoi ne pas l'inventer ?
Existe-t-il un bilan des mesures similaires mises en place chez nos voisins helvetes ou nos cousins américains ? La mention de l'existence de telles mesures aurait été pour le moins intéressante pour les lecteurs :)
Aurel


Toreador 13/02/2007 15:59

Je suis bien d'accord avec toi : http://www.toreador.fr/2007/02/09/banderille-n%c2%b058-le-ps-pressera-le-citron-jusqua-ce-que-les-pepins-craquent/

David Valence 09/02/2007 19:07

Effectivement, on touche le fond de l'absurdité. La gauche considère toujours les expatriés comme des émigrés de la Révolution, traîtres à la patrie et souhaitant sa perte.
Merci pour cet article!
 
DV