Pourquoi y croire?

Publié le par Antonin Prade

François Bayrou, 2ème homme? 3ème homme? notre futur président? Quelque chose est réellement en train de se passer dans le paysage politique français. En vrac, quelques éléments sondagiers, donc susceptibles d'évoluer, à propos de François Bayrou :

- une percée à 16%, voire 17% dans un sondage, soit un point de moins que Le Pen en 2002

- 55% des Français qui aimeraient le voir au 2ème tour

- une victoire possible dans les deux cas de figure face à Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy,

- le 3ème homme politique préféré des Français après Simone Veil et Bernard Kouchner,

- un discours sincère, non démagogique et surtout très respectueux qui touche juste des citoyens (bref, un retour "qualitatif" d'un niveau très élevé)

Il est à noter que cette bonne cote est obtenue avant même la proposition aux Français d'un programme, qui aura lieu à partir de cette semaine, en particulier dans un livre, le Projet Espoir.

Au-delà de ça, en envisageant de gouverner avec un "Delors jeune", un DSK, un Borloo, François Bayrou propose une coalition des gens raisonnables, et de bonne volonté. Des gens qui comprennent et accpetent le monde tel qu'il est, sans croire à une pseudo-exception française, et veulent l'améliorer, sans promesse démagogique, sans non plus stigmatiser une partie de la population contre une autre.

Le Parti Socialiste ne parvenant pas à faire sa mue sociale-démocrate, l'UDF occupe le vide politique, idéologique et électoral laissé béant. Pour cela, l'UDF a fait sa mue, avec quelques grincements, concrétisés par les départs progressifs des DL en 98, des chiraquiens en 2002, des Santini et autres Baguet en 2007 (aucun regret, sauf peut-être pour Santini).

Dans cette perspective, il se peut que nous vivions actuellement une accélération de l'histoire, avec à gauche la disparition, tout du moins électorale, de gauchistes enferrés dans leur impasse idéologique et la scission à venir du PS entre les sociaux-démocrates d'une part et les archéos de l'autre. On m'objectera la synthèse entre "nonistes" et "ouistes" de gauche réalisée par Ségolène Royal et son sursaut sondagier actuel. Malheureusement pour elle et pour la France, je répondrai que les bons sentiments et la stigmatisation ne font pas une politique au service de l'intéret général. Je répondrai également que la situation de la France nécessite une analyse et un programme socio-économique pertinents et honnêtes, ce qui est loin d'être le cas (sur TF1, sa réponse à la question du financement des retraites releva a mieux du flou artistique, au pire du flagrant mensonge). Je répondrai enfin que la démocratie représentative est aujourd'hui très perfectible mais pourtant aujourd'hui indépassable, surtout avec ces gadgets électoraux qu'ont été les bureaux des pleurs des débats participatifs.

Quant à la droite, on peut s'attendre à la disparition ou la réduction à la portion congrue de l'autre impasse politique que constitue le FN, impasse tant pour ses adhérents et que pour ses dirigeants, et à la "droitisation" subséquent de l'UMP, parti néo-conservateur libéral ami du "big business", qui sera à terme tenté par le protectionnisme régional et le communautarisme.

Si l'on force le trait, cette recomposition du paysage politique français autour d'une nouvelle ligne de fracture, devrait avoir comme mannifestation sémantique un changement de nom pour l'UDF, qui devra alors s'appeler LE PARTI DEMOCRATE, que j'appelle de mes voeux.

PS : si François Bayrou l'emporte et que DSK, que j'ai épinglé l'autre jour, devient son premier ministre, je mangerai alors volontiers mon chapeau, mais à condition qu'il oublie son idée absurde d'imposition des Français habitant à l'étranger...mais on n'en est pas là, l'ami DSK n'ayant même pas démenti ni refusé une collaboration avec Bayrou, depuis le Canada, où il donne actuellement des conférences (décidément...), ce qui doit beaucoup amuser ses petits copains socialistes!

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

antonin 27/02/2007 10:45

Le rôle historique de l'UDF est de faire au Parti Socialiste ce que ce dernier a fait au Parti Communiste
ça prendra le temps que ça prendra, mais ça arrivera

Nicoreynaud 26/02/2007 19:25

Attention aux excès de confiance, jeune padawan.
Avoir confiance en cette "vague de fond" que Bayrou nous sert à toutes les sauces audiovisuelles, évoquer l'accélération de l'histoire, c'est positif, mais c'est dangereux - qui veut aller loin... .
Prudence aussi lorsque tu opposes le "sursaut sondagier"  à la "percée sondagière" de ton poulain - 2002 aura eu le mérite de nous alerter sur la valeur des sondages à 60 jours d'un scrutin (à 10 jours aussi, d'ailleurs).
Je regrette un peu l'excès de confiance passager de François Bayrou, qui bache journaliste sur journaliste, puisque c'est la première fois que sa fragile position "sondagière" lui permet de le faire. Soyons francs : il n'y a que lui pour percevoir une conspiration des médias contre l'UDF (ou le parti démocrate, si tu veux). Moi, je n'en vois pas.
Quant à "l'ami DSK", à relire ton pamphlet contre sa drôle de proposition fiscale, ce n'est pas un chapeau que tu vas manger, c'est un casque intégral ! :)