Ile de France : une alternance, vite

Publié le par Antonin Prade

Les élections régionales sont des élections locales où doivent être désignées des équipes en charge de missions ayant un impact direct sur la vie des citoyens (logement, transport, lycées, etc.). Dans cette logique, il y a de bonnes équipes ou inversement des mauvaises, à gauche comme à droite.
Et puis, il y a l'idée que l'on se fait de la politique et de la vertu supérieure que son exercice exige. Ainsi, un élu corrompu se doit d'être sanctionné par les électeurs quand bien même il aura fait montre d'une gestion saine de sa collectivité (ce qui est rarement le cas, le clientèlisme ne pouvant être considéré comme une variante d'une région saine et durable).
En pratique,et pour prendre un exemple extrême, j'entends que Balkany a fait de sa ville un paradii de prospérité et de sécurité, et qu'il a été réélu par ses concitoyens après un malencontreux épisode judiciaire. J'entends aussi que sa popularité locale est assise sur les services rendus et que sa gestion repose sur une appréciation très personnelle de la loi. Au niveau de la gestion, on soulignera juste que Levallois-Perret est la ville la plus endettée de France par habitant, avec 9000 € (en plus des 33000 € de la dette de l'Etat, qui est un autre problème).

En ce qui concerne les élections régionales du 14 et 21 mars prochain, il s'agit bien d'un référendum sur la reconduite, après 12 ans (!!) d'exercice de Monsieur Huchon aux commandes de la 1ère région de France. Outre qu'une période de 12 ans semble largement suffisante pour être gagné par l'usure du pouvoir, il faut revenir sur la conception, très particulière également, qu'à Monsieur Huchon de la morale publique et de la gestion des impôts de ses électeurs. Tous les citoyens franiciliens ne sont peut être pas au courant mais Huchon a été condamné, pas entendu puis relaxé, non, condamné à six mois de prison avec sursis, par la justice pour prise illégale d'intérêts dans l'exercice de ses fonctions. Il avait accordé des missions inexistentes à l'association de sa femme.
Le président du tribunal a eu ces mots explicites :

«Jean-Paul Huchon a fait prévaloir un intérêt personnel sur l’intérêt général dont il est pourtant le garant en sa qualité d’élu et porté atteinte à l’indispensable devoir d’impartialité que doivent présenter les élus. Un tel comportement participe inévitablement à la dégradation des responsables politiques et nuit à l’indispensable confiance que les citoyens doivent avoir dans leurs représentants».
L'inélgibilité n'ayant pas été retenu par la cour d'appel, un bulletin au nom du triste Monsieur Huchon sera à nouveau disponible dans les bureaux de vote en mars 2010.
En veut-on encore? selon plusieurs sites d'informations informelles, la belle-fille de Huchon aurait bénéficié d'un job de 3 ans au musée de la solidarité de Santiago du Chili en échange d'une généreuse subvention de 400 000 € de la région Ile de France à destination de la rénovation dudit musée. Pas de preuve évidemment, mais pas de fumée sans feu, surtout quand il y a antécédent...

Voilà pour la conception de la vertu en politique. Quant à la saine gestion de la région, on peut laisser aux usager des lignes de RER ou aux demandeurs de logements sociaux si la situation s'est améliorée à hauteur des promesses et du budget de la Région au cours des 12 dernières années. Et ce d'autant que 30% des dépenses vont à des postes ne faisant pas partie du périmètre d'intervention de la Région.

Après les Européennes de juin 2009, l'option écologiste était envisageable, mais d'une part l'alliance avec la liste de Huchon est prévue pour le 2ème tour, d'autre part mademoiselle Duflot souhaite transfomer l'Ile de France en "laboratoire de la conversion écologique". Or il y a à mon sens trop de questions dans la région non résolues pour devenir un laboratoire essayant de répondre à d'autres problèmes.

Par élimination, et si le drôle d'attelage Pécresse-Douillet n'est pas ma tasse de thé, c'est bien la seule voie d'une alternance aujourd'hui indispensable.

PS : le même raisonnement tient naturellement pour la région Languedoc-Roussillon.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Aurel 07/05/2010 19:05



c'est un peu court, mais bon...


Au risque de te surprendre, je n'ai pas voté blanc, je crois que nous sommes en désaccord. Mais tu ne réponds pas a mes questions... mais bon



Antonin 07/05/2010 15:14



pas du tout d'accord, mais bon...


Je ne pense pas être ordurier en disant que Huchon est un pourri, c'est juste mon opinion et mon langage ; ce qui est ordurier, en revanche, c'est de confondre sa fonction élective
et son rôle de chef de famille,  le budget d'une région et sa tirelire (qu'il m'attaque en diffamation pour cela, ça sera l'occasion faire la lumière sur cette histoire)


de toute façon, faute de choix, je t'ai finalement rejoint en votant blanc au 2ème tour, ce qui avantage celui qui est en tête (et toute sa chouette petite famille avec lui)



aurel 30/04/2010 10:03



Comme un vide....


 


Anto,


je mesure bien que ma contribution précédente n'est pas la révolution copernicienne, mais je souhaite néanmoins solliciter un retour auprès de toi.



aurel 21/04/2010 13:34



Non, Non et Non Antonin.


Oui pourtant, je ne pense pas que le bilan de l'exécutif sortant mérite qu'on lui tresse une couronne de lauriers.


Oui le problème des transports n'est pas réglé, et s'empire probablement même. Pareil pour les lycées.


Mais 4 fois non.


Non, d'une part, le projet du Gd Paris est d'une ampleur telle, notamment s'agissant des transports, qu'il est bon, sinon nécessaire, que l'Etat ait un interlocuteur qui ne lui soit pas dévoué,
pour parvenir à discuter et faire émerger des solutions.


Non, tu brandis les périmètres de compétences régionales (transports, lycée) pour brocarder le bilan actuel. Mais c'est regarder avec des lunettes pour hypermétrope une situation qui exige du
recul. Crois tu que le problème que rencontrent la jeunesse et le corpps professoral et administratif se résolve au niveau régional ? C'est évidemment plus complexe. As tu, ainsi, rencontre
dans ton cursus scolaire un conseiller d'orientation ? Utile ? T'a t il aidé dans tes reflexions dans tes choix ? Ou bien sont ce des ressources personnelles, familiales, qui t'ont permis
d'éclairer ceux-ci ? Quid des camarades de classes qui, le matin emmenaient leur petit frère à l'école, puis les gardaient à la sortie, car, dans leur famille monoparentale, Maman travaillait et
le matin et le soir, qui pour nettoyer les locaux d'unebanque, avant l'arrivée des employés, qui pour tenir la caisse de ces mêmes employés, tenus de faire des horaires de dingue et donc de faire
leur course au super U ou au "Monop" du quartier qui ferme, et à 21heure, et les commerces de proximité individuels ? C'est la région qui va résoudre ces problèmes ?


et 2 fois non, car je ne goute ni les rappels des casiers judiciaires - même pour le maire de Levallois- ni surtout la propagation d'allégations ordurières, allégations à ce stade, ordurières tu
ne pourras en disconvenir. A quelle période penses tu que nous appartenions pour utiliser ce type d'arguments, car c'en est un dans ton propos, assurément. De haute volée, de ceux qui honorent le
penseur et la pensée, non à mon avis. Comme l'a dit justement cet ancien Président de la République :"this is not a method."


 


Oui au débat, oui aux échanges, oui aux professions de foi et à l'expression d'idée. Mais oui à cela.



Philou 24/02/2010 14:37


Si tu rajoutes a l'attelage Pécresse-Douillet la tête de liste du Val d'Oise Poniatowski tu obtiens un triporteur de rêve qui peut t'emmener jusqu'au bout du monde.